samedi 6 février 2010






Tout ce qui peut être vu ou ressenti sera un jour détruit.Le visible est le fruit de notre imagination et ce qui existe ne repose que sur la mémoire.La nuit,quand la mémoire est au repos,tout s'efface,sauf si vous êtes tourmenté par quelque chose qui vous empêche de dormir.
Le sommeil est un état où le monde est oublié.Dès que nous nous oublions tout disparait.Ce qui peut disparaître dans l'oubli n'est pas réel.(...)Dire:"Je suis le corps" est l'aliénation.Affirmer au contraire:"Je ne suis pas le corps, rien ne m'appartient car je ne suis pas",c'est la libération.
(...)L'état qui correspond au corps grossier est l'état de veille,et vous n'êtes pas cela.Libérez-vous de l'identification au corps mortel qui vous limite.
Vous dites vous-même que ce corps vous appartient,mais cela implique que vous n'êtes pas lui,alors qui êtes-vous?





Né en août 1888 à Pathri,petit village d' Inde;Sri Siddharameshwar Maharaj,maître de Nisargadatta Maharaj mourut en novembre 1936 à Mumbai.
Doté d'une grande finesse et d'un sens pratique très aigu,Sri Siddharameshwar enseigna le chemin de l'oiseau(Vihanga marg),ou chemin de la connaissance.
C'est en entendant les générations successives que l'ignorance s'est installée et c'est en entendant les paroles du maître que celle-ci se dissipera.


(Extrait du livre "Abrasser l'immortalité",ed Les Deux Océans.)