mardi 8 juin 2010

Les Sermons( Maître ECKHART)




-J'ai coutume souvent de dire un petit mot,et il est vrai aussi:Nous crions tous les jours et clamons dans le Notre Père:"Seigneur,que ta volonté advienne!"
Lorsque ensuite sa volonté advient,nous voulons nous mettre en colère,et sa volonté ne nous satisfait pas.Alors que quoi qu'il fasse cela devrait nous plaire le mieux.
Ceux donc qui le reçoivent comme le meilleur demeurent en toutes choses dans une paix totale.Or il vous semble parfois et vous le dites:"Ah,serait-ce arrivé autrement que se serait mieux",ou "Ne serait-ce pas arrivé ainsi que ce serait peut-être arrivé mieux". Aussi longtemps qu'il te semble de la sorte,jamais tu n' acquerras la paix.
Tu dois le recevoir comme le meilleur.


-...car mon être essentiel est au dessus de Dieu dans la mesure où nous prenons Dieu
comme origine des créatures;car dans le même être de Dieu où Dieu est au-dessus de l'être et de la différence,là j'étais moi-même,là je me voulais moi-même et me connaissais moi-même pour faire cet homme que voici.

C'est pourquoi je suis cause de moi-même selon mon être qui est éternel,et non selon mon devenir qui est temporel.
Et c'est pourquoi je suis non-né,et selon mon mode non-né je ne puis jamais mourir.

Selon mon mode non-né,j'ai été éternellement et suis maintenant et dois demeurer éternellement.
Ce que je suis selon la naissance,cela doit mourir et être anéanti,car c'est mortel;c'est pourquoi il lui faut se corrompre avec le temps.

Dans ma naissance,toutes choses naquirent,et je fus cause de moi-même et de toutes choses;et l'aurais-je voulu, je n'aurais pas été ni n 'auraient été les autres choses;et n'aurais-je pas été,"Dieu" n'aurait pas été non plus.

Que Dieu soit"Dieu",j'en suis une cause;n'aurais-je pas été,Dieu n'aurait pas été "Dieu".



-L'instant où Dieu fit le premier homme,l'instant où le dernier homme disparaîtra et l'instant où je parle,sont tous semblables en Dieu,car il n'existe qu'un seul instant présent.Or, cet homme demeure dans une seule et même lumière avec Dieu;c'est pourquoi il n'y a en lui ni souffrance ni succession,mais une éternité qui est toujours la même.
Cet homme vraiment ne peut plus s'étonner de rien,et en lui toutes choses se trouvent dans leur essence.Aussi ne reçoit-il rien de nouveau de chose à venir,ni d'un accident quelconque,car il demeure dans un présent qui, toujours et sans cesse,est nouveau.


-Si tu pouvais t' anéantir toi-même ne serait-ce qu'un instant,
tout ce qui réside dans le mystère incréé du dedans de toi-même
t'appartiendrait en propre.




-L'univers est sans pourquoi.



-Si tu ôtes le maintenant du temps,tu es partout et as tout temps.Cet être-ci ou celui-là n'est pas toutes choses,car aussi longtemps je suis ceci et cela ou ai ceci et cela,je ne suis pas toutes choses et n'ai pas toutes choses.Si tu te détaches, en sorte que tu ne sois ni ceci ni cela et que tu n'aies ni ceci ni cela,tu es toutes choses et as toutes choses;et donc:si tu n'es ni ici ni là,tu es partout.Et donc:si tu n'es ni ceci ni cela tu es toutes choses.









Maître ECKHART(1312)