mercredi 16 juin 2010

Le repos (Jean Bouchart d' Orval)






La base de la pathologie c'est de se prendre pour quelqu'un de séparé du reste de l'univers.A partir de là toutes les formes de pathologies évoluent.Cette façon mondaine de vivre fait que nous voulons constamment qu'il y ait autre chose que ce qui est là.

La méditation est la cessation de ce mécanisme.
Il n'y a pas d' ennemi,et avec cette reconnaissance vient l'humilité.Il n'y a rien d'autre dans la vie que la vie.La pensée ,c'est aussi la vie.Dans ce qui est dit et enseigné sur la méditation, on devine souvent un profond manque d'humilité.

Méditer,c'est être humble.Mais humble,ce n'est pas ce voir petit,au contraire.On devient tellement humble que l'on n'a plus l'impression de devoir faire quelque chose...comme décider que tous les matins,entre cinq et six heures,on va être humble.Une tranquillisation s'installe.Un repos.


Jean Bouchart d'Orval