samedi 12 juin 2010

"Le bon chemin c'est celui que tu prends" (Pierre Yves)




Le bon chemin c'est celui que tu prends et même si à un moment il te paraît être
une impasse.Un des paradoxes de la vie,c'est que l'on apprend bien plus des loupés que de nos réussites.

La vie est comme elle est,elle a une harmonie qui lui est propre,une sorte de logique interne.Et nous minuscules rouages,nous voudrions comprendre le sens et le but de tout cela.
Lorsque cette immensité nous connecte,on l'accueuille,sans chercher à expliquer.
C'est un plaisir que l'on goûte dans l'instant.
Après,ce que l'on va élaborer autour n'est qu'une vaine tentative d'explication de quelque chose qui est juste à vivre.

Est-ce qu'un enfant se prend la tête devant un éclair au chocolat:il goûte et apprécie,et s'il est gourmand,il va en reprendre...


(...)S'il y avait des chemins meilleurs que d'autres,cela voudrait dire qu'il y en aurait aussi des moins bon,et nous revoila dans la dualité.Bien,pas bien...
Certains"on-dit" véhiculent qu'il est bon de de méditer,et dès lors qu'on médite il convient de méditer plutôt comme-ci,ou alors comme-ça,être assis comme-ci,ou alors comme ça...

On évoque aussi le fait incontournable qu'il faille un gourou,un maître ou celui de réciter un mantra,de s'adonner à la prière,etc.Si ça te parle, si ça t'attire,c'est que c'est bien pour toi en ce moment, sinon ça ne serait pas, alors fais-le pour toi.
Tout est bien dès lors que tu ne l'ériges pas en dogme incontournable.

(...)Les gens sont conditionnés à croire que tout est compliqué,qu'il faut parvenir à être enfin un jour "Nickel-Crome",épuré de nos soi-disant défauts ou péchés selon le cas.
Le fait de savoir qu'on est déjà impeccable en l'état,c'est trop simple,ça fait pas sérieux...
Qui ne connaît autour de lui,des "shootés" du "mieux-être" toujours à l'affût de la "nouveauté".
Des ambitieux de l'épanouissement:"plus-épanoui-que-moi-tu-meurs...",courant après le derniers stage en vogue,le dernier sage à la mode.Arborant l'air entendu des gens détachés des contingences de ce "bas monde".Jamais vraiment satisfaits car un "produit" en chasse un autre.
Pas plus dans ce domaine que dans les autres ils ne se sentent "à jour".

C'est dans ce public que les sectes de tous poils trouvent leurs recrues et font fructifier leur font de commerce:"Payez,soumettez-vous,et nous nous occuperon de votre salut!..."Bien sûr ce n'est pas dit comme cela,l'approche est plus subtile mais c'est équivalent à ça.


Pierre YVES(revue 3e MILLENAIRE)