dimanche 1 août 2010

La Bhagavad Gîtâ






Ce qui est né doit mourir,ce qui est mort doit renaître.
Aussi, devant l'inéluctable,tu n'as nul lieu de pleurer.

Le non-manifesté est à l'origine des hêtres,leur vie appartient au visible,
avant de regagner le non-manifesté.
Y a-t-il lieu de se lamenter?


Bhagavad Gîtâ