jeudi 30 septembre 2010

Essayez de ne pas être.

Nous allons,si vous le voulez bien,faire une expérience extrêmement simple.
Nous allons pendant un moment pratiquer le rappel de soi,pratiquer la présence à soi,pratiquer la conscience de soi.
Pour cela,je voudrais que vous vous assuriez qu'en ce moment même vous soyez sûrs et certains d'être en train de regarder,d'être en train de lire ces mots en même temps qu'ils défilent,comme si vous vouliez être convaincus que vous n'êtes pas en train de rêver.
Allez y...

Cette attitude,je l'appelle le"je regarde se sachant regardant".
Vous êtes donc là totalement conscient que vous êtes en train de lire,totalement conscient que vous êtes en train de regarder,totalement conscient d'être conscient.
Si j'insiste tellement,c'est afin d'être sûr que vous m'ayez parfaitement compris.

Maintenant ce que j'aimerais vous faire comprendre,c'est que votre regard si vrai qu'il puisse paraître n'est en vérité qu'une impression,une simple impression.C'est-à-dire que ce "regard se sachant regardant"n'est en fait qu'un regard se croyant regardant.Vous lisez,soit,vous pourriez affirmer haut et fort que vous en êtes absolument convaincu,soit,mais en vérité ceci n'est qu'une impression,une simple impression.Et maintenant permettez moi de vous en apporter la preuve.

Vous allez cette fois faire l'expérience inverse(sens changer la direction du regard)vous allez refuser toute votre attention à ces mots qui défilent.Une sorte d'anti-rappel de soi,d'anti-présence à soi,d'anti-conscience de soi...

Allez-y,enlevez l'attention,enlevez le regard,enlevez le"regard se sachant regardant",et pendant que vous y êtes,enlevez aussi l'être.Oui c'est ça,au lieu de vouloir être,esssayez de ne pas être.Il est souvant dit qu'il faut être ici maintenant,eh bien faites l'inverse,essayez de ne pas être ici et maintenant.J'aimerais tant que l'un d'entre vous puisse me donner une recette,que l'un d'entre vous puisse me donner le truc,parce que voyez-vous,je n'y suis jamais arrivé.Sans effort,sans(faire)absolument aucun effort,je ne peux faire autrement que d'être toujours ici maintenant.Je n'arrive pas à ne pas être,encore moins ailleurs,et encore moins dans un autre temps.

De toute évidence,je présume que vous aussi vous n'y arrivez pas,et savez-vous pourquoi?savez-vous pourquoi vous est-il absolument impossible de ne pas être,pourquoi vous est-il impossible de retirer le regard?
C'est parce que "avant","juste avant"que je vous demande de "faire" tout ceci,c'était déja en train de regarder sans personne pour regarder.C'est-à-dire que ça regardait sans savoir que ça regardait,ça regardait sans qu'un"vous"regarde.Les yeux voyaient,les oreilles entendaient,le dos ressentait le contact de la chaise ou du fauteuil sur lequel le corps était assis,tout comme était ressenti le contact des pieds sur le sol.

La prise de conscience a surgit et s'est superposée sur un"déja là"qui était déja là"juste avant".Ce déja là c'est ce que j'appelle:attention non attentive.
Etant donné que personne n'était en train de regarder,le fait que vous soyez présent à vous- même,ou que vous soyez complètement dans la lune n'a strictement rien changé.

A l'aube de notre 4e anniversaire,un quelqu'un a investi le pays de cocagne.
A cocagne,juste avant que le biberon arrive ,il y avait déja l'impatience qui faisait tambouriner les petits petons contre la chaise haute, mais personne pour être impatient.Puis,quelque temps après,"QUI",l'impression d'existence,fait son entrée.
Le"Je"qui était alors vertical,devient latéral;autrement dit soumis à l'espace et au temps.
C'est ce que je nomme le "Je illusionné".
"Je"fait ainsi place à "Je suis","Je" fait ainsi place à un quelqu'un.
Mais en vérité il ne s'agit qu d'une impression venant couvrir le regard.Tout cela apparaît au sein de l'attention non attentive.

"Juste avant",personne n'était là pour dire:je regarde,j'écoute,je perçois.Tous les actes,pensées,perceptions,sentiments aussi bien qu'émotions n'étaient les actes et les perceptions de personne,car tout ceci n'a jamais eu besoin de vous pour fonctionner.




Franck TERREAUX