samedi 4 septembre 2010

Paroles de SRI RÂMAKRISHNA



-Que pensez vous que je vois continuellement dans l'état où je suis ? Ce sont les formes spirituelles du Seigneur. Elles sont nombreuses et variées. Et parmi elles, je vois aussi cette forme-ci (son propre corps), dans laquelle le Seigneur S'est également manifesté.




-Quand je rencontre des femmes honnêtes, de familles respectable, je trouve en elles la pureté de la Mère Divine revêtue de l'habit modeste d'une femme chaste. Et quand je vois les femmes publiques de la ville, assises sous leurs vérandas ouvertes, habillées de façon immorale, éhontée, je perçois aussi en elles le jeu de la Mère Divine, seulement sous une autre forme.





- Quand je vois les hommes dissemblables, je me dis:

"Dieu sous la forme du saint,
"Dieu sous le forme du pécheur,
"Dieu sous la forme du juste,
"Dieu sous la forme du méchant





-Pourquoi discuterais-je, alors que je vois l'Être devant mes yeux comme la véritable réalité ? Je vois en fait que l'Absolu est devenu toutes les choses qui nous environnent




-Savez-vous comment je vois les choses? Arbres, plantes, hommes, animaux, herbes, je vois tout comme des enveloppes diverses, comme des taies d'oreillers, les unes de coton fin, les autres d'étoffes plus grossière; les unes rondes et les autres carrées. Mais à l'intérieur de toutes les taies se trouve une seule et même substance, du coton.





-Savez-vous ce que je vois? Je Le vois comme Tout. Les hommes et toutes les créatures m'apparaissent comme des formes délimitées par de la peau, remuant tête, pieds et mains, et remplies de Dieu Lui-même.




- Un homme qui arrive à la vraie Sagesse ne voit pas Dieu comme un être lointain, il ne Le sent pas hors de lui, mais en lui, dans le fond de son âme. Dieu est en tous, ceux qui Le cherchent Le trouvent en eux.




-Une cruche maintenue sous l'eau en est à la fois remplie intérieurement et recouverte extérieurement. De même, l'âme immergée en Dieu voit l'Esprit qui pénètre tout, au-dedans et au-dehors.




-Panser à Dieu comme étant sans forme est parfaitement juste. Mais faites attention de ne pas croire que cette manière de voir est la seule vraie et que tout le reste est faux. La méditation sur Dieu conçu comme un Être avec forme est juste également. Tenez-vous en à votre propre croyance j'usqu'à ce que vous ayez "réalisé" Dieu, et alors tout s'éclaircira.




-Dieu réside dans tous les hommes, mais eux ne sont pas tous en Lui, et de là viennent leurs souffrances.




-Dieu pousse le voleur à voler, et en même temps, Il met le chef de famille en garde contre le voleur. Il fait toutes choses.





-Abandonnez tout à Dieu et soumettez-vous à Lui ; ce sera la fin de vos peines et de vos angoisses. Alors seulement vous saurez que toute chose s'accomplit uniquement par la volonté du Seigneur.



-Mère, détruis en moi l'idée que je suis un brahmane, que je suis grand, que d'autres sont des parias et de basse naissance, car ils sont Toi sous des formes diverses.





-L'orsqu'on est convaincu que tout se fait par la volonté de Dieu, on devient simplement un outil dans Sa main. Et alors, dès cette vie, on est libéré de toute servitude : " Tu fais Ton ouvrage, mais les hommes disent : c'est mois qui agis."





-J'accepte tout: l'état supraconscient, l'état de veille, le rêve, le sommeil profond, Brahman, jîva, la création; j'accepte tout cela comme manifestation variées de l'Être. Sans quoi Sa valeur intégrale serait diminuée; donc j'accepte à la fois l'Absolu et la manifestation.





-Toute chose est Nârâyana. Un animal est Nârâyana; un sage aussi, un fourbe aussi. Tout ce qui existe est Nârâyana. La Divinité Nârâyana Se joue dans différents états d'âme. Toutes les choses sont les formes diverses et les manifestations de Sa gloire.





-La peau, la pulpe et l'amande d'un fruit sortent toutes trois d'une seule et même graine. De même, c'est d'un seul Dieu que provient toute la création, animée ou inanimée, spirituelle ou matérielle.




-Le temple de nos corps ne doit pas être tenu dans les ténèbres; il faut allumer en lui la lampe de la connaissance. Allumez la lampe de la sagesse dans votre chambre et contemplez le visage de la Mère Divine. Chacun peut atteindre cette connaissance.



-Un certain gourou enseignait à son disciple que toute chose est Vishnou et que par conséquent tout ce qui existe au monde a droit à notre adoration. Son disciple prit cet enseignement à la lettre. Un jour, il rencontra dans la rue un éléphant en fureur. L'animal s'avançait vers lui et le cornac criait :"Ecarte-toi, écarte-toi ! L'éléphant est fou !" Le disciple se dit :"Pourquoi m'écarterais-je ? Je suis Vishnou, l'éléphant aussi ; quelle crainte Vishnou peut-il avoir de lui-même ?"
Dans cette pensée, il ne bougea pas, mais salua bien bas l'éléphant et se mit à chanter les louanges du Seigneur. Rageusement l'éléphant le souleva avec sa trompe et le jeta au loin. Il fut grièvement blessé, et quand il retourna chez son maître, il lui raconta toute l'aventure.
Le gourou lui dit : "C'est bien, mon fils. Tu es bien Vishnou et l'éléphant aussi. Mais pourquoi n'avoir pas écouté les avertissement du cornac qui te demandait de t'écarter ? Il est vrai que l'éléphant était une manifestation de Vishnou, comme toutes choses, mais le cornac en était une aussi, au moins aussi parfaite, et même d'avantage."