lundi 27 septembre 2010

Qu'expérimentons-nous en effet quand nous dormons?Pour s'en rendre compte,il faut cesser de regarder le sommeil d'un point de vue objectif(ce corps allongé dans un lit)mais d'un point de vue subjectif.
Nous ne disparaissons pas dans le néant de la non-existence.Dormir ce n'est pas disparaître.Le sommeil n'est pas un anéantissement.Ce qui disparaît en revanche,c'est l'individualité avec son nom, sa mémoire,son histoire,ses soucis,ses projets.Le masque de la personne s'effondre dans le sommeil et ne réapparaîtra qu'au réveil.

Ce qui demeure et qui se révèle à nous tous chaque nuit,c'est le Soi pur,l'Être,la Pure existence.
Ce qui disparaît c'est aussi le monde,notre corps,les autres."Le monde n'apparaît pas dans le sommeil profond,disait Ramana MAHARSHI,et il n'est qu'une projection du mental dans votre état de veille."
Le monde dans son entier se referme instantanément comme un éventail dans le Soi pur du sommeil profond.

Dans le sommeil,plus rien n'existe hors soi-même;le monde s'est évanoui et ne demeure que l'Être pur.
Croire que le monde existe quand nous dormons est un point de vue illusoire,fabriqué mentalement à l'état de veille.
En fait, chaque matin,l'état de veille et le monde surgissent de ce que je suis,ils durent un certain temps puis se referment le soir;ensuite ils surgissent à nouveau,instantanément encore et encore.

Le temps disparaît également dans le sommeil.
Il est minuit;je me couche;je ferme les yeux;et instantanément le réveil sonne et il est sept heures.Le sommeil ne dure pas car l'Absolu de notre vraie nature est hors du temps.Le sommeil profond nous ramène à la source d'où jaillissent le temps,l'espace et la causalité.
Dormir c'est trouver chaque nuit le bonheur parfait,plein.C'est pourquoi nous aimons nous coucher et abandonner nos soucis,nos peines,nos souffrances physiques.
Dailleurs un réveil brutal est souvent douloureux et nous semble un arrachement d'un état heureux et parfait.

Quand l'état de veille apparait le matin,il y a un petit moment où nous sommes libres de l'identification avec notre individualité,un moment où le visage de notre ego n'est pas encore venu occulter notre vraie nature.
S'éveiller c'est rester avec cette intuition,c'est se reposer consciemment dans le fond de l'Être pur,qui est plein de lui-même et qui demeure toujours là.

S'eveiller ne donnera jamais plus que ce que nous connaissons chaque nuit dans le sommeil profond.
Et cela suffit:être soi-même,Un sans second.


José Le Roy(revue 3e Millénaire n°97 qui vient de paraitre)