jeudi 23 décembre 2010

Karl RENZ








L'on prête à Jésus cette parole : aime ton prochain comme toi-même. Un tel amour est-il possible?


Réfléchis un peu! Il ne peut en être autrement. Aimer signifie se reconnaître en tout. L'amour est par-delà la dualité, si bien qu'il n'y a pas non plus d'effort à faire pour aimer quelqu'un, qui tout compte fait, n'est pas si extraordinaire que ça. L'amour est une réalité allant de soi, parce que tu te reconnais pleinement dans l'autre. Ce n'est pas comme de se dire: en essence, ce type que je vois dans le métro est certainement identique à moi-même, donc salut! Cette essence, tu la reconnais de façon immédiate, en ce qu'elle est ta propre réalité. L'amour et la connaissance de soi sont une seule et même chose. Sur le fronton du temple de Delphes il pourrait aussi bien être écrit :"Aime toi toi-même". Mais c'était peut être trop demander aux prêtres!

C'est aussi que connais-toi toi-même exprime mieux la voie à suivre. Il faut d'abord trouver l'accès à soi-même.

Il n'y a ni voie d'accès, ni voie de sortie - pas d'échappatoire à soi-même. L'on ne peut devenir quelque chose que l'on est déjà. Il n'y a ni voie d'approche, ni devenir. Imaginer que tu es séparé de toi-même est aussi insensé que d'imaginer que tu es séparé d'autrui. Tu n'es pas séparé de toi. Penser que tu l'es t'incite à construire des relations avec toi-même - des relation sur lesquelles tu travailles merveilleusement bien et qui, à n'en pas douter, peuvent être améliorées indéfiniment. Comme s'il y avait deux soi, premièrement toi, la personne, et deuxièmement toi-même, ce que tu es. Il n'y a pas de séparation entre les deux. Mais tu crois à la possibilité de relations et penses en avoir avec quelqu'un, c'est à la séparativité que tu prêtes réalité.

As-tu un enseignement et, si oui, quel est-il ?

Réalise que tout est un mensonge, et surtout celui qui reconnaît que tout est un mensonge .

Comment peut-on intégrer ce que vous dites dans la vie quotidienne ?

Ce qui est ne requiert aucune intégration, et ce qui n'est pas ne sera jamais intégré. Reconnais la parfaite réalisation de la réalité et sois ce que tu es. Tout est exactement comme c'est, car l'Être s'est manifesté de cette manière et pas autrement.

Peux-tu parler de la mort ? Certains affirment qu'il faut " mourir avant de mourir ".

La seule mort possible est celle de l'ego (la notion de séparation). Mais comment ce qui n'existe pas peut-il mourir ? Voilà la question. Comment ce qui n'est qu'une apparence, et ne se laisse appréhender que par les sens, peut-il mourir ? Comment le mensonge de la séparation peut-il disparaître ? Pour quelle raison, ou pour qui, " ce qui n'existe pas " doit-il disparaître ?

Seulement lorsque le Soi se reconnaît absolument dans tout ce qui est, car rien n'existe que l'Être indivisible ; la vérité et rien que la vérité, le Soi et rien que le Soi.

Lorsque la vérité ne voit qu'elle dans tout ce qu'elle perçoit, lorsque Cela et seulement Cela est ce que tu es, lorsque le rêve et le rêveur ne font qu'un dans l'absolu.

Pour l'absolu, rien ne doit disparaître, car l'absolu est la seule réalité. Reconnaître que l'ego n'est qu'une ombre éphémère dans le présent éternel annihile son apparente réalité.



Tu es Cela. C'est ta nature véritable, éternelle, précédant l'émergence du temps et de l'espace et de tout ce qui y apparaît, éternellement non affectée : la conscience pure et absolue se percevant elle-même en elle-même.


Peinture de Karl RENZ




http://www.karlrenz.com/francais/