mardi 30 novembre 2010

Vision sans tête ( Avec José le Roy et Catherine Harding)










Lien:http://www.visionsanstete.com/

Détendez-vous (Satyam Nadeen)



Vous pensez que vous devriez être illuminé.
Vous l'êtes déjà.

Vous pensez devoir suivre un chemin pour y arriver.
Il n'est pas de chemins.

Vous pensez que l'illumination est un but.
Il n'est pas de buts.

Vous pensez que vous devez vous transformer vous-même et transformer le monde pour le rendre meilleur.
Il n'est rien à accomplir.

Vous pensez pouvoir trouver Dieu en Inde ou au Tibet.
Il n'est nulle part où aller. La Conscience est partout la même.
Vous pensez que l'issue de votre parcours personnel est ce qui importe.
Cela est égal, quelle que soit la façon dont il se termine.

Vous pensez que l'histoire qui vous arrive est vraie.
C'est une illusion, un rêve.

Vous pensez avoir le contrôle de votre vie.
Vous n'êtes qu'une marionnette de la Source.

Vous pensez avoir libre arbitre et liberté de choix.
Il n'y a que la destinée et son déroulement ordonné.

Vous êtes persuadé d'avoir des ennemis.
Il n'y a que la Source.

Vous pensez qu'il existe une formule magique pour trouver Dieu.
Détendez-vous, vous résidez déjà en Lui.

Vous pensez que le drame de chacun est une réalité.
Il s'agit uniquement de jeux de miroirs et d'écrans de fumée.
Vous pensez que Dieu souhaite une conscience plus élevée pour la planète.
La Source est uniquement là pour jouer dans la limitation.

Vous pensez que Dieu vous tien pour responsable.
Il n'y a pas de Karma.

Vous nourrissez jugements, comparaisons, opinions, préférences.
Il n'y a que ce qui est - tel que c'est, exactement tel que ce doit être.

Vous voulez être quelqu'un d'important et d'apprécié.
Soyez, simplement.

Vous redoutez la mort comme l'événement le plus tragique de votre vie.
La mort est la fin de la limitation.

Vous espérez une vie meilleur pour la prochaine fois.
Il n'y a pas de soi pour se réincarner. Il n'y a que Source en tant que Je Suis.

Vous regrettez le passé, vous vous tourmentez dans le présent et vous craignez le futur.
Vous êtes la Source infinie en train de se distraire, détendez-vous !

Vous êtes captivés par de complexes histoires de conspirations.
Il n'y a là que la Source s'amusant Elle-même.

Vous pensez avoir une raison de vivre.
Il n'y a aucun "moi" individuel pour avoir un quelconque dessein. Il n'y a que la Source. Elle a un dessein pour cette apparence. Vous n'y avez pas accès au travers d'un esprit fini.




Satyam Nadeen

lundi 29 novembre 2010

Manuel d'Epictète


Souviens-toi donc que si tu crois libre ce qui par nature est servile, et propre à toi ce qui t'est étranger, tu seras entravé, affligé, troublé, et tu t'en prendras aux Dieux et aux hommes. Mais, si tu crois tien cela seul qui est tien et étranger ce qui t'est en effet étranger, nul ne pourra jamais te contraindre, nul ne t'entravera; tu ne t'en prendras à personne, tu n'accuseras personne, tu ne feras rien malgré toi; nul ne te nuira; tu n'auras pas d'ennemi, car tu ne souffriras rien de nuisible.


Epictète

Un être unique (Marc-Aurele)






Représente-toi sans cesse le monde comme un être unique, ayant une substance unique et une âme unique. Considère comment tout se rapporte à une seule faculté de sentir, à la sienne; comment tout agit par sa seule impulsion, et comment tout contribue à la cause de tout, et de quelle façon les choses sont tissées et enroulées ensemble.



MARC-AURELE

Vous êtes enfants de l'univers.


"Vous êtes enfants de l'univers, pas moins que les arbres et les étoiles; vous avez le droit d'être ici. Et qu'il vous soit clair ou non, l'univers se déroule sans doute comme il le devrait. Soyez en paix avec Dieu, quelle que soit votre conception de lui, et quels que soient vos travaux et vos rêves : gardez dans le désarroi bruyant de la vie, la paix dans votre âme. Avec toutes ses perfidies, ses besognes fastidieuses et ses rêves brisés, le monde est pourtant beau. Prenez attention. Tâchez d'être heureux."



Anonyme (Trouvé dans une église de Baltimore en 1692)

Nous existons seulement dans l'instant (Wei Wu Wei)







Nous existons seulement dans l'instant, nous n'existons pas en tant que continuité, comme nous le supposons. Notre existence apparente, de jour en jour, d'année en année, est une illusion : nous n'existons qu'en chaque instant, entre les tic-tac de l'horloge du temps, sans être assez rapide pour percevoir le moindre de ces instants.

C'est moins ce qu'on est qui devrait compter que ce qu'on n'est pas.






WEI WU WEI

dimanche 28 novembre 2010

Je suis tout (Francis Lucille)


Pourquoi ne suis-je pas en recherche? Parce que je suis libre de la croyance qu'il y ait quoi que ce soit, ici ou là, qui puisse exister indépendamment de cette conscience que je me sais être de façon si évidente, et parce que je ne crois pas qu'il y ait ici un objet, un corps-mental, que je reconnaisse être moi, moi - cette - conscience que je me sais être de manière si évidente. N'étant rien de particulier, et rien n'étant hors de ce que je suis de façon si évidente, je suis tout. Etant tout, il n'est rien à chercher. Vous avez des idées sur ce que vous êtes ou n'êtes pas, ou sur ce que vous avez ou n'avez pas, alors que je n'en ai aucune, et m'en tiens à l'expérience de ce que je suis, au jeu merveilleux de l'éternel présent.



samedi 27 novembre 2010

Dieu a-t-il créé le mal ?

La mort n'est pas le contraire de la joie (Jean Bouchart d'Orval)


On fait tout un plat de la tristesse . Pourquoi ? Parce qu'on a le concept que c'est le contraire de la joie, alors qu'il n'en est rien. Rien n'est le contraire de la joie. Je parle de la joie, non de cette apparence de joie, celle qui est inconditionnelle : lorsque le corps est en santé, quand les murs sont droits et que tout va bien. Aucune des modalités de la vie n'est le contraire de la joie. La tristesse est une de ces modalités de la joie. Mais si on dit cela à la télé, on se fera lapider par les honnêtes gens.

Voyez tout ce que la tristesse a inspiré en termes de musique et de littérature. Les artistes ont exprimé la beauté de la tristesse. Mais cette beauté ne demande pas à être exprimée absolument. Ce qui est beau dans la tristesse, ce n'est pas l'histoire qui en est le prétexte - quand il y en a une - , c'est la beauté elle-même, c'est le courant. On ne perçoit pas cette beauté quand on est pris à la surface de l'histoire.


La mort n'est pas contraire à la joie. Quand les gens meurent, on est généralement triste et quand il y a une naissance, on est très heureux; entre les deux, on n'écoute personne. La tristesse est un fait de la vie. Si on ne vit pas de façon conceptuelle, on demeure dans le ressenti. Ce que j'appelle tristesse, c'est un mot à peine plus long que le mot fauteuil et plus court que le mot automobile. Qu'y a-t-il derrière ce mot ? Il y a un ensemble de sensations telles que vous les sentez vous-même. Que se passe-t-il si vous demeurez dans ce ressenti ? Il va grandir un peu, prendre de l'expansion et se résorber. Et voilà. C'est cela la tristesse. S'il vient des images avec cela, vous les regardez aussi, sans commentaire.


Mais la plupart du temps on pense : "Je suis triste." Il y a un "Je" qui revendique la tristesse, qui se l'accapare grossièrement. On quitte alors le monde réel pour entrer dans l'imaginaire, dans le virtuel. "Je suis triste. Je ne devrais pas être triste." On a alors un problème avec la tristesse. On a aussi un problème avec la colère, avec la jalousie, avec la culpabilité. Bref, on a des problèmes chroniques avec la vie. C'est à cause des commentaires. Sinon, le mur n'est pas droit, sans plus : il n'y a rien d'autre que cela dans la vie. L'existence est remplie de murs penchés. Le problème ce n'est pas le mur, c'est le murmur qui vient avec. Le mur n'appartient à personne, sinon à Dieu. Laissez- le s'inquiéter de son mur.



Jean Bouchart D' Orval

vendredi 26 novembre 2010

De quoi souffrez-vous au juste ? (Sri Siddharameshwar Maharaj)





Vous vous tourmentez inutilement, de quoi souffrez-vous au juste?

Vous êtes malheureux mais vous ne savez même pas pourquoi ! Une bonne réflection pourrait venir à bout de toutes ces souffrances. L'homme limité vit dans la peur constante, il vit sous le joug des péchés et des mérites, des choses matérielles et de l'opinion des autres. Pensez, réfléchissez profondément, et débarassez-vous de ces peurs. Elles vous paralysent !







SRI SIDDHARAMESHWAR MAHARAJ


Lien:http://milajesuis.blogspot.com/2010/08/quest-ce-quun-corpscest-un-assamblage.html

Tout est vous (Francis Lucille)



Vos sensations présentes, vos pensées, vos perceptions émanent toutes de votre conscience, existent dans votre conscience, disparaissent dans votre conscience. La substance dont elles sont constituées, c'est la conscience universelle qui n'est rien d'autre que votre conscience habituelle. Tout est conscience. Tout est vous; tout ce que vous voyez, tout ce que vous comprenez. Vous êtes la trame même de cet univers. Il est créé dans le présent. Il n'a pas été créé dans le passé. Tout est créé d'instant en instant, toujours neuf. Tel un feu d'artifice, cet univers est une célébration et vous êtes le spectateur contemplant l'éternel quatorze juillet de votre splendeur absolue.

"C'est moi qui agis" (Râmakrishna)


"Tu fais Ton ouvrage Seigneur, mais les hommes disent : c'est moi qui agis."



SRI RÂMAKRISHNA



jeudi 25 novembre 2010

Le Coran



L' homme, quand son Seigneur l'éprouve par les honneurs et les bienfaits, dit : Mon Seigneur m'a honoré.
Mais l'homme, quand son Seigneur l'éprouve par des restrictions, dit : Mon Seigneur m'a dédaigné.


Le Coran

mardi 23 novembre 2010

Une Histoire De SRI RÂMAKRISHNA







Un certain gourou enseignait à son disciple que toute chose est Vishnou et que par conséquent tout ce qui existe au monde a droit à notre adoration. Son disciple prit cet enseignement à la lettre. Un jour, il rencontra dans la rue un éléphant en fureur. L'animal s'avançait vers lui et le cornac criait :"Ecarte-toi, écarte-toi ! L'éléphant est fou !" Le disciple se dit :"Pourquoi m'écarterais-je ? Je suis Vishnou, l'éléphant aussi ; quelle crainte Vishnou peut-il avoir de lui-même ?"
Dans cette pensée, il ne bougea pas, mais salua bien bas l'éléphant et se mit à chanter les louanges du Seigneur. Rageusement l'éléphant le souleva avec sa trompe et le jeta au loin. Il fut grièvement blessé, et quand il retourna chez son maître, il lui raconta toute l'aventure.
Le gourou lui dit : "C'est bien, mon fils. Tu es bien Vishnou et l'éléphant aussi. Mais pourquoi n'avoir pas écouté les avertissement du cornac qui te demandait de t'écarter ? Il est vrai que l'éléphant était une manifestation de Vishnou, comme toutes choses, mais le cornac en était une aussi, au moins aussi parfaite, et même d'avantage."

lundi 22 novembre 2010

Tous vos soucis sont à Lui (Ramana Maharshi)





Il sait ce qui convient le mieux et quand et comment y parvenir. Laissez donc toute chose à Ses soins. Le fardeau est pour Lui; vous n'aurez plus de soucis. Tous vos soucis sont à Lui.





Ramana Maharshi

Ce que je suis (LA BHAGAVADGÎTÂ)






Quand le témoin perçoit qu'en lui
l'acteur n'est en rien différent
des éléments de la matière,
et qu'il est, lui, au-delà de ces éléments,
il accède alors à ce que je suis.



LA BHAGAVADGÎTÂ

dimanche 21 novembre 2010

mercredi 17 novembre 2010

Ambition (Tchouang Tseu)




De tout les instruments de mort
L'ambition
Est le plus meurtrier.




(Tchouang Tseu)

mardi 16 novembre 2010

Tout est Un (Ellâm Onru - Texte Tamoul anonyme du XIXe siècle)



Tout ce qui existe, incluant le monde que tu vois, ainsi que toi-même, témoin du monde, tout est Un.
Tout ce que tu considères comme étant moi, toi, lui, elle, et ceci ou cela, tout est Un.
Les êtres sensibles, ainsi que tout ce qui est considéré comme étant inerte et insensible, la terre, l'air, le feu, et l'eau, tout cela est Un.


(Ellâm Onru - Texte Tamoul anonyme du XIXe siècle)

Je suis la Conscience (Ramesh S. BALSEKAR )



Je suis la Conscience, comme vous. La Conscience est ce qui constitue chaque créature douée de perception, et elle fonctionne par son intermédiaire, qu'il s'agisse d'un être humain, d'un animal ou d'un insecte.

Ramesh S. BALSEKAR

lundi 15 novembre 2010

Allumez la lampe (RÂMAKRISHNA)


Le temple de nos corps ne doit pas être tenu dans les ténèbres; il faut allumer en lui la lampe de la connaissance. Allumez la lampe de la sagesse dans votre chambre et contemplez le visage de la Mère Divine. Chacun peut atteindre cette connaissance.



RÂMAKRISHNA

samedi 13 novembre 2010

Mots d' Albert Einstein





Je ne peux pas imaginer un Dieu qui récompense et punit l'objet de sa création. Je ne peux pas me figurer un Dieu qui réglerait sa volonté sur l' expérience de la mienne, je ne veux pas et je ne peux pas concevoir un être qui survivrait à la mort de son corps. Si de pareilles idées se développent en un esprit, je le juge faible, craintif et stupidement égoïste.


Albert EINSTEIN

La vie, c'est toujours maintenant. (Eckhart TOLLE)


Le temps est considéré comme une infinie succession de moments, certains étants bons, d'autres, mauvais. Pourtant, si vous y regardez de plus près, c'est-à-dire si vous considérez votre expérience immédiate, vous découvrez qu'il n'y a absolument pas de nombreux moments. Vous découvrez qu'il n'y a toujours que ce moment-ci. La vie, c'est toujours maintenant. Votre vie entière se déroule dans l'éternel présent. Même les moments passés ou futurs existent seulement quand vous vous les rappelez ou les anticipez, c'est-à-dire en pensant à eux au seul moment qui existe, c'est-à-dire celui-ci.



Eckhart TOLLE

vendredi 12 novembre 2010

Complaisance émotionnelle. (Sri Nisargadatta MAHARAJ)






Avoir une foi religieuse n'est qu'une complaisance émotionnelle. Croire à la naissance et à la mort également.


SRI NISARGADATTA MAHARAJ

La liberté de la conscience (Abhinavagupta)





"Lors donc qu'on réalise: "Moi, sujet conscient, j'existe maintenant, mais je n'existais pas auparavant", cela implique un souvenir de ce temps passé; et ce souvenir, à son tour, implique l'expérience directe de ce temps. Ainsi se trouve réfutée (l'opinion) du sujet conscient (profane) selon laquelle il n'a pas existé et ne s'est pas manifesté dans le passé ( mais seulement a partir de la date de "sa" naissance). Dire : " A l'époque de l' Avatar Rama, je n'existais pas" c'est affirmer (indirectement) sa propre expérience directe de ce temps. Direz-vous que la connaissance de ce temps nous est procurée par la tradition religieuse ( et non par l'expérience directe) ? - Mais la Tradition elle-même suppose l'existence de celui qui a connu (ces événements) et les relate...- Sans doute, mais ce sujet conscient était Valmiki (auteur de l 'Epopée de Rama) et non quelqu'un de notre époque! - Objection pertinente...mais cela même démontre l'existence du Sujet qui se ressaisit éternellement comme Je ! (En effet), ce sujet connaissant est, en vérité absolue, unique. (Mais) multiples et distincts sont les corps, leurs composants, les souffles et les intellects. C'est en raison de cette multiplicité que l'on parle (vulgairement) du sujet connaissant comme étant multiple (et comme ayant un début et une fin dans le temps). La vérité est donc, finalement, qu'a l'époque (de Rama), seul mon corps d'aujourd'hui n'existait pas (encore. Mais j'étais présent en tant que conscience de Rama et autre personnes)".




(ABHINAVAGUPTA , La liberté de la conscience )

mercredi 10 novembre 2010

Le Coran


Dieu vous a donné la vie quand vous étiez morts. Il vous donnera la mort et vous redonnera la vie et vous serez ramenés à lui. Il a créé pour vous tous les êtres de la terre, puis il s'est tourné vers le ciel et a façonné les sept cieux. Certes il sait tout.

(...)Votre Dieu est un Dieu unique. Nul n'est Dieu que lui le miséricordieux plein de miséricorde. Dans la création des cieux et de la terre, dans l'alternance de la nuit et du jour, dans les vaisseaux qui voguent sur la mer avec ce qu'ils apportent de profitable, dans l'eau que Dieu envoie du ciel pour faire revivre la terre quand elle est morte et y répandre toutes sortes d'animaux, dans le régime des vents et dans les nuages dociles entre ciel et terre, il y a certes des signes pour ceux qui comprennent.




(Le Coran)

mardi 9 novembre 2010


Je n’ai ni nom, ni âge, ni taille, ni poids, ni couleur, ni odeur, ni saveur. Etant moins que le "rien", je ne suis jamais né. Je n'ai ni commencement ni fin, pourtant j'existe. Le commencement et la fin procèdent de moi. Je suis le Père de l'espace et du temps. Je suis l'Origine, la Racine, la Base, la Source de tout ce qui est. Tout ce qui Est, est moi-même, pourtant, je reste en dehors et libre de ce qui Est. Reconnais-toi en moi, car je suis ce que tu es et tu es ce que je suis. Nous sommes le Seul, nous sommes l'Unique, nous sommes l'Un.

NOUS SOMMES "CELA QUI EST ICI-MAINTENANT", DEPUIS TOUJOURS ET POUR TOUJOURS.


MILA

dimanche 7 novembre 2010

Rien à chercher (Mila)




Rien à chercher
Rien à trouver
Rien à comprendre
Rien à devenir
Rien à changer
Ni naissance
Ni mort
Le début est la fin
Je le suis.






Mila





(Dessin: Jesus SAIZ)

vendredi 5 novembre 2010

Evangile de Matthieu


"La lampe du corps, c'est l'oeil. Si donc ton oeil est sain, ton corps tout entier sera lumineux. Mais si ton oeil est malade, ton corps tout entier sera ténébreux.
Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, quelles ténèbres!"



Jésus selon Saint Matthieu (6, 22-23)
lien:

Paroles de Jeff Foster




La recherche a ses racines dans le refus de ce qui est .
La recherche a ses racines dans le rejet de ceci,
Cette vie ordinaire.


Jeff FOSTER




Lien:
http://milajesuis.blogspot.com/2010/08/tout-ce-quil-y.html

jeudi 4 novembre 2010

Entretien avec jean Bouchart d' Orval






Lien (Intégralité de l'entretien):


http://milajesuis.blogspot.com/2010/02/visiteur-tous-les-matins-je-prends-le.html

"Je" et "Toi" (Une hitoire de Ramana Maharshi)



Bien que Ribhu eût instruit son disciple sur la suprême Vérité de l'Unique Brahman sans second, malgré son érudition et sa compréhension, Nidagha n'avait pas assez développé ses convictions pour adopter et suivre la voie de la connaissance , aussi s'était-il installé dans sa ville natale afin de mener une existence vouée à la seule pratique religieuse.
Mais le Sage aimait son disciple autant que ce dernier vénérait son maître. Malgré son âge avancé, Ribhu se déplaçait en personne afin de lui rendre visite et voir s'il avait transcendé ses pratiques spirituelles.

Parfois, le Sage prenait un déguisement afin d'observer incognito les agissements de Nidagha alors qu'il ne se savait pas surveillé par son maître.
Lors d'une telle occasion, Ribhu, qui avait pris l'habit d'un paysan, trouva Nidagha en train de regarder passer une procession royale avec grand intérêt. Non reconnu par le citadin Nidagha, le villageois Ribhu s'enquit auprès de lui la raison de tout ce vacarme. Il répondit que le roi passait en procession.
-Oh! C'est le roi. Il va passer! Mais où est-il ? s'exclama Ribhu.

-Là, sur l'éléphant, répondit Nidagha

-Tu dis que le roi est sur l'éléphant. Oui, je les vois bien tous deux, dit le villageois, mais lequel est le roi et lequel est l'éléphant ?

-Quoi ! s'exclama Nidagha. Tu vois les deux, n'est-ce pas, mais ne vois-tu pas que l'homme qui est au-dessus est le roi, et l'animal qui est au-dessous est l'éléphant? Où est l'intérêt de parler avec une personne telle que toi ?!

-Je t'en prie, ne sois pas impatient avec un ignorant tel que moi, implora le villageois. Mais tu dis "dessus" et "dessous" qu'est-ce que cela signifie ?

Ne pouvant en supporter davantage, Nidagha s'écria:

-Tu vois bien le roi et l'éléphant - l'un dessus, l'autre dessous ? Cependant tu veux savoir ce que l'on entend par "dessus" et "dessous", s'emporta Nidagha. Si les choses vues et les paroles émises ne te disent rien, seule l'action peut t'apprendre. Courbe-toi et tu sauras tout.

Ainsi fut fait. Nidagha monta sur les épaules et dit:

-Comprends-le maintenant. Je suis dessus - comme le roi -, et tu es dessous - comme l'éléphant. Est-ce suffisamment clair ?

-Non, pas encore, fut la calme réponse du villageois. Tu dis que tu es dessus comme le roi, et que je suis dessous comme l'éléphant. Le "roi", "l'éléphant", "dessus", "dessous", me semblent clair. Mais je t'en prie, dis-moi ce que tu entends par "je" et "toi"?

Soudain confronté au grand problème de définir le "toi "séparé du "je", l'esprit de Nidagha fut éclairé. Immédiatement il abandonna les épaules du maître, sauta à terre, et tomba à ses pieds, l'implorant: -Qui d'autre que mon vénérable maître Ribhu, aurait pu libérer mon esprit de l'emprise mondaine et des phénomènes pour lui révéler l'Être véritable qu'est le Soi ? Oh! Maître tout de compassion, j'implore tes bénédictions!"

Le temps...le temps...qu'est-ce que le temps???!!!???

Chaque instant est mon non-anniversaire.

mercredi 3 novembre 2010




Puis je vis un ciel nouveau, une terre nouvelle - car le premier ciel et la première terre on disparu, et de mer, il n'y en a plus. J'entendis alors une voix clamer, du trône: "Voici la demeure de Dieu avec les hommes. Il aura sa demeure avec eux; ils seront sont peuple, et lui Dieu-avec-eux, sera leur Dieu. Il essuiera toute larme de leurs yeux: de mort , il n'y en aura plus; de pleurs, de cris et de peine, il n'y en aura plus, car l'ancien monde s'en est allé."

Alors, Celui qui siège sur le trône déclara :"Voici, je fais l'univers nouveau." Puis il ajouta :"Ecris : Ces paroles sont certaines et vraies." "C'en est fait, me dit-il encore, je suis l'Alpha et l'Oméga, le Principe et la Fin; celui qui a soif, moi je lui donnerai de la source de Vie, gratuitement. Telle sera la part du vainqueur; et je serai son Dieu, et lui sera mon fils.




La Bible (Apocalypse 21, 1-8)

Le Présent Eternel (Adyashanti)




Prenez quelques instants
pour vérifier si vous êtes vraiment ici.

Avant que surgissent bien et mal,
nous sommes simplement ici.
Avant que surviennent le bon ou le mauvais,
le manque de valeur,
avant le pécheur ou le saint,
nous sommes juste ici.
Rencontrez l'ici, où règne le silence-
là où la quiétude intérieure danse.
Juste ici, avant de connaître ou ne pas connaître.
Rencontrez l'ici, là où tous les points de vue
se fondent en un seul
pour ensuite disparaître.


Voyez si vous pouvez rencontrer dès maintenant,
là où vous touchez l'éternel
et sentez l'éternel vivre et mourir en chaque instant.
Rencontrez simplement ici-
avant d'être un expert,
avant d'être un débutant.
Être juste ici,
Où vous êtes ce que vous serez toujours,
Où vous n'y ajouterez jamais rien
Ni n'en retirerez rien.

Rencontrez l'ici, là où vous ne désirez rien,
Et où vous n'êtes rien.
L'ici ineffable.
Où nous nous retrouvons, mystère à mystère,
Ou ne nous rencontrons pas du tout.
Rencontrez l'ici, où vous vous trouvez,
En ne vous trouvant pas.
Là où la quiétude est assourdissante,
Et l' immobilité trop preste pour être saisie.


Rencontrez l'ici, là où vous êtes qui vous voulez être
Et voulez ce que vous êtes
Et tout se dissipe
en une vacuité rayonnante.



Adyashanti




Lien:


Immaculée Conception.


Au sein de la présence, ce que vous êtes est divin - y compris toutes choses que l'esprit tient pour viles ou névrosées. Ces choses sont divines. Ce que vous êtes, en ce moment même, est parfaitement adéquat...est le jeu divin.


Tout ce qui s'est apparamment passé dans votre vie est absolument et parfaitement approprié. Pas une chose n'aurait pu être différente. C'est ainsi que ce devait être. Si, par exemple, vous livrant à une rétrospective sur votre activité professionnelle, vous vous dites:"J'aurais pu mieux agir avec cette personne." En fait, ce qui convenait à cette personne était exactement cela - pas une autre chose qui aux yeux de l'esprit pourrait sembler meilleure - et correspondait à sa parfaite invitation.
L'invitation est présente et est re-créée à chaque instant. Et lorsqu'il semble que quelqu'un se soit mal conduit envers un autre ou qu'il aurait pu "faire mieux" à son égard, en fait, ce qui s'est passé à ce moment-là était totalement approprié.


"Ne pas être à la hauteur" est une chose avec laquelle nous grandissons; cela fait partie du mélodrame. Nous grandissons, pour la plupart, avec le sentiment de démériter, d'être incapable
d'affronter le monde, de ne pas être à la hauteur et de ne pas soutenir la comparaison avec nos projections de perfection. Notre quotidien est émaillé de toutes ces images de gens qui nous apparaissent meilleurs que nous.

Tout cela est une façon d'éviter la réalité que ce que nous sommes est bien au delà de ce que nous pensons être ou ne pas être. Il n'y a aucune raison pour que qui que ce soit doive être autre que ce qu'il est. Ce que vous êtes est l'Un, l' Absolu, la Présence, l'immaculée conception.




Tony PARSONS

mardi 2 novembre 2010


N'est-on pas tout le monde dans nos rêves ? Et lorsqu'on s'éveille...?



WEI WU WEI

lundi 1 novembre 2010




Je suis la Lumière
qui illumine tout homme.
Je suis le Tout.
Le Tout est sortit de moi
et le Tout est parvenu à moi.
Fendez du bois, je suis là.
Soulevez une pierre,
vous me trouverez là.

Que celui qui a des oreilles, entende!
Il y a de la lumière à l'intérieur d'un homme de lumière,
et il illumine le monde entier.
S'il n'illuminait pas,
quelles ténèbres!




Jesus selon Thomas(Evangile de Thomas)