samedi 29 janvier 2011

"Connaître signifie ne pas connaître"




En essayant de connaître la pure conscience on se sépare d'elle, alors que si on ne s'efforce pas de la rencontrer il n'y a pas séparation.
"Connaître signifie ne pas connaître, cela su, le disciple devient la conscience elle-même", nous dit Samartha Ramdas. Cette énigme est difficile à résoudre et nombreux sont les hommes avisés, yogis et ermites qui ont échoué dans cette épreuve. Ils ont mal interprété l'observé et l'observateur mais ne se lassent pas de discourir sur la conscience universelle: "Elle est comme ceci, comme cela, elle est semblable à la lumière d'un million de soleils, elle est resplendissante" etc. Ils ont dit tout ce qui leur passait par la tête, perdant de vue la conscience de celui qui affirmait : "elle est comme ceci, elle est comme cela". Tout occupés à discourir sur l'éveil, ils ont oublié qui parle ! L'observateur , lui, est oublié.


L'homme courageux part à la recherche du Brahman mais l'observé (ce qui est perçu) est l'obstacle qu'il rencontre sur son chemin. La plupart des chercheurs se heurtent à cette difficulté.


"Dans la foule du pèlerinage j'ai perdu mon propre Être et même en cherchant en moi, je n'ai pu le trouver. Je me suis alors rendu au poste de police pour faire la déclaration de la perte de moi-même. Un employé s'approchant de moi me gifla si violemment que ma joue en devint toute rouge, il me demanda: "Qui est ce gars là ?".
Instantanément je pris conscience de moi-même et j'étais très heureux de me retrouver". Voilà la situation de celui qui, étant le Brahman lui-même, est à la recherche du Brahman. Où et comment peut-il trouver celui qui connaît tout le monde mais n'est connu de personne ? Celui qui le cherche ne connaît pas sa propre nature, qui est pure conscience, et il erre dans la jungle...comme c'est étrange ! Plutôt que de désirer la connaissance il faut être centré en soi-même, sans cela on ne pourra connaître le Brahman.


Un idiot voulait savoir ce qu'était le sommeil. Chaque fois qu'il s'assoupissait cette pensée lui venait : "ha ! maintenant je vais saisir le sommeil !", et il se frottait les mains. Cela avait pour conséquence de le réveiller complètement et après de multiples tentatives, le pauvre homme totalement épuisé, abandonna tout effort pour saisir le sommeil. Le processus est le même dans la tentative de saisir le Brahman, quand on abandonne tout effort pour le connaître on devient Brahman lui-même.


SRI SIDDHARAMESHWAR MAHARAJ