dimanche 9 janvier 2011

Une Histoire De SRI RÂMAKRISHNA



Dans un village vivait un tisserand qui était très aimé de ses voisins. Il était pieux, et les gens avaient confiance en lui. Il allait au marché vendre ce qu'il avait tissé, et quand un acquéreur lui en demandait le prix, il répondait :"Par la volonté de Râma, le fil coûte une roupie ; par la volonté de Râma, le travail coûte quatre annas ; par la volonté de Râma, le bénéfice est de deux annas ; par la volonté de Râma, le prix de la toile se touve donc être d'une roupie et six annas." les gens avaient foi en sa parole ; ils payaient immédiatement le prix demandé et emportaient la toile. Ce tisserand était vraiment pieux ; le soir, après son souper, il s'asseyait, méditait longuement sur Dieu et répétait Son saint Nom.


Une nuit qu'il ne pouvait dormir, le tisserand s'était assis dans la cour, près de l'entrée, et fumait. L'heure était tardive. Des voleurs passèrent par là ; ils avaient besoin d'un porteur et le forcèrent à les suivre. Ils fracturèrent l'entrée d'une maison et volèrent un grand nombre de choses qu'ils empilèrent sur le dos du pauvre tisserand. Sur ces entrefaites, le veilleur de nuit arriva et les larrons se sauvèrent, mais le tisserand fut pris avec son lourd ballot. Il passa la nuit en prison et, le lendemain matin, comparut devant le juge. Les gens du village, apprenant ce qui était arrivé, vinrent témoigner en faveur du tisserand, et dirent au magistrat, avec unanimité :"Monsieur le juge, cet homme est incapable de voler quoi que ce soit."


Le juge questionna l'accusé qui déclara : "Seigneur, par la volonté de Râma, j'étais assis dans ma cour ; par la volonté de Râma, il était tard dans la nuit ; par la volonté de Râma, je méditais sur Dieu et répétais Son saint Nom ; par la volonté de Râma, ils m'emmenèrent; par la volonté de Râma, ils pénétrèrent dans une maison ; par la volonté de Râma ils empilèrent des fardeaux sur ma tête ; par la volonté de Râma, la police arriva sur les lieux en cet instant ; par la volonté de Râma, tous s'enfuirent ; par la volonté de râma, je fus pris ; par la volonté de Râma, je fus mis en prison, et ce matin, la volonté de Râma m'amena devant toi." Le juge, voyant l'innocence et la spiritualité de l'homme, ordonna de le relâcher. En sortant, le tisserand dit à ses amis : "La volonté de Râma m'a libéré."


Que vous viviez dans ce monde ou que vous y renonciez, tout dépend de la volonté de Râma. Faites votre tâche ici-bas, et rejetez-en toute la responsabilité sur Dieu.