vendredi 18 février 2011

C'est un reve! Alors sachez-le, et realisez-le! C'est tout. (NISARGADATTA MAHARAJ)







Ce qui est vraiment nécessaire c’est une compréhension correcte de ma vraie nature, et non toutes ces petites méthodes et techniques.
Toutes ces disciplines, ces yogas, ces pratiques sont inutiles, à moins de connaître vraiment l'entité qui en bénéficie.
Toutes ces pratiques viennent à travers la conscience de Je suis, qui, elle-même, n'est qu'une illusion.
Tout ce qui ce produit à traver cette illusion, le yoga, la kundalini ou tout autre, est relatif et temporel.
Aucun effort n'est requis. N'essayez pas de supprimer vos désirs, simplement retenez-vous de vous identifier à eux: "Je ne suis pas ce désir". Le désir diparaîtra de lui-même.
Je n'accepte pas les Ecritures, car toutes ont été écrites avec l'attribut Je suis.
Elles ne décrivent pas ma véritable nature, qui elle, est sans attribut, au-delà des mots et des concepts.
Tout le monde objectif se lève et se couche avec cette conscience de Je suis. Cette conscience a le pouvoir infini de devenir tout ce qu’elle veut, mais il n’en sera jamais ainsi que dans le rêve, pas dans la Réalité. Car dans la Réalité, rien ne se passe jamais, ni ne change. Vous voyez, nous n’avons rien à apprendre, en fait, nous avons même plutôt à désapprendre, à nous déconditionner complètement et à lâcher tous les concepts et idées, car mots et idées ne sont pas réels.
Peu importe ce que les gens peuvent achever spirituellement, que ce soit des visions, des pouvoirs, etc., tout cela n’est que temporaire, voire saisonnier.
Lorsque vous aurez perdu le sens d’être un homme ou une femme, il n’est même plus question, pour vous, d’avoir la connaissance, puisque celle-ci ne vient que de la mémoire.
Je vous dis seulement que vous êtes Cela (Suprême Réalité), il n’y a rien à accomplir.
Vous ne pourrez pas saisir la Vérité, vous pouvez seulement l’être.
Vous êtes déjà Cela.
Vous êtes antérieur à toute expérience. Toute peine ou plaisir ressenti n’est rien d’autre que l’extension de votre propre Soi.
La conscience est comme la flamme de la bougie dont je suis le témoin. Elle apparaît et disparaît et c’est compris par moi. Quand la conscience de Je suis est pure, elle est encore un attribut. Elle apparaît et disparaît, comme cette flamme. Les différents noms et formes ne sont que des descriptions de cette conscience et je suis au-delà, à tout moment.
La chose essentielle est la conscience de « ce que je suis ».
Quand cela n’est pas présent, je ne suis pas ici et aucune autre personne ne peut l’être.
Toute idées de Dieu, ciel, enfer, ne sont que cela – des idées venant de la conscience de vous. Celle- ci va et vient, mais vous (la Réalité, le Soi) êtes au-delà. La pure ignorance est pure science.
A la naissance, vous obtenez la connaissance que vous existez. Combien de temps avant d’avoir acquis cette connaissance étiez-vous sans connaissance ?
Votre essence est pure Conscience.
Quand je suis seul (après la mort du corps ou en sommeil profond), cette illusion (du monde) disparaît et je reste dans mon état naturel.
La conscience de vous doit être là, avant que vous puissiez faire une déclaration.
Le ciel, l’espace, la mémoire, la conscience ne sont rien d’autre que le mental. Tout cela constitue le mental et c’est aussi le premier attribut ou la connaissance Je suis, mais ce mental est vu par la Réalité.
Le monde apparaît sur vous et en vous. En réalité, il n’y a aucune séparation.
Vous devez prendre cette ferme posture mentale de « je ne suis pas le corps » et celui qui dit « je » est celui auquel il faut se raccrocher.
Vous ne pourrez jamais devenir sage, car vous l’êtes déjà.
Que voulez-vous donc atteindre dans ce monde, qui est né de votre conscience ?
Il n’existe personne d’autre que moi ou ma conscience.
Lorsque vous vous êtes manifesté, la dualité est apparue, et vous avez ressenti de l’amour pour des noms et des formes particulières, mais il ne s’agit pas du véritable amour. Vous devez retourner à l’essence (le Soi) et, alors, seulement, vous êtes l’amour véritable.
Tout ce que je ne possédais pas avant la naissance de cette conscience de Je suis, disparaîtra, à la mort.
En réalité, la conscience Je suis n’a jamais été présente, aussi, quand elle disparaît qu’est-ce que je perds ? Est-ce que je meurs ou est-ce que je demeure ce que j’ai toujours été ? Là, dans cet état, il n’y a pas de « Dieu » - pas de sens de la séparation, pas de Je suis.
Sans l’intellect, vous connaissez, ou vous êtes, l’état véritable. Mais dès, que l’intellect entre en jeu, c’est une manifestation de la conscience Je suis.
Mon véritable état est, toujours, sans la conscience Je suis.
Mon état est au-delà de la connaissance et, pour toujours, sans la connaissance.
L’idée de Krishna (ou Dieu, ou Jésus, ou Maharaj) vient seulement avec la conscience de Je suis. Je ne suis vraiment rien, ni personne. J’existe mais sans aucune identité.
Mon véritable état est, depuis toujours, sans aucun support, besoin ou nécessité.
Quoi que vous observiez, vous devez savoir que ce n'est pas vous.
Votre conscience est l'essence même de votre monde, sans laquelle ce monde n'existerait pas.
Au moment où commence la conscience de Je suis, le monde de la division apparaît.
Le sommeil est ignorance, il équivaut au non-manifesté silencieux, rien n'est connu. L'état de veille et le rêve sont des extensions du sommeil.
Avant l'éveil, rien n'est connu. C'est seulement quand la conscience se manifeste qu'il y a quelque chose à connaître.
Vous êtes cet inconnu - qui cherche à connaître l'inconnu. Le connu survient et se dissipe dans l'inconnu (le Soi) de sorte que la connaissance ne vous aidera pas à connaître l'inconnu.
Toutes les actions sont accomplies par la conscience de Je suis, qui est temporelle et a son être dans l'inconnu.
Que pourriez vous faire qui soit à votre avantage ou désavantage, quand vous êtes déja le Soi ?
Vous pouvez seulement résider dans le Soi en refusant d'estampiller du sceau de la Réalité, quoi que ce soit d'autre.
Pourquoi dire que vous faites quoi que ce soit ? La conscience Je suis fait tout et ce Je suis n'est rien d'autre que la connaissance sans attribut qui est temporelle.
Tout ce que vous pensez être n'est que pensées, et comme les pensées, elles  cèdent leurs place à d'autre pensées puis disparaissent.
Cette conscience de Je suis est le monde. C'est au contact de cette conscience de Je suis que le monde vient à l'existence. Sans la conscience de Je suis, vous demeurez intouché et absolument pur.
Cette conscience de Je suis est apparue, sans aucune raison ou cause.
Elle va et vient. Elle est impermanante.
Dans l'état de rêve quelqu'un vous dit quelque chose, mais ni la personne qui vous parle, ni la  personne qui écoute, n'est réelle, car toutes deux n'existent que dans le rêve. C'est exactement notre situation, en ce moment. Je suis l'enseignant et vous êtes celui qui écoute, mais,  tout cela n'est qu'un rêve ou une apparence.
Lorsque vous vous éveillez complètement, il n'y a ni enseignant, ni enseignés.
Une fois que j'ai réalisé la nature de cette conscience de Je suis: comment elle est apparue sur mon état véritable, qu'elle est réellement quelque chose d'illusoire; lorsque j'en ai donc pris pleinement connaissance, alors, la conscience de Je suis, (dans laquelle est contenu l'univers entier), se dissout et se fond dans le Moi.
A la lumière de cette conscience de Je suis, l'univers entier s'est formé, mais la lumière de cette conscience de "Je" n'est rien d'autre que la réflection de la lumière de l'état véritable ou Réalité.
Ce monde n'a jamais vraiment existé, il n'a jamais été créé, c'est un rêve! Alors sachez-le, et réalisez-le! C'est tout.

Lien