vendredi 11 février 2011

Il n'y a que le Soi (Sri Siddharameshwar Maharaj)






Le Soi est Un, unique, sans dualité aucune et à part lui rien d’autre n’existe. Alors comment se fait-il qu’il apparaisse sous la forme de l’univers ?


Il n’y a que l’or dans les bijoux, quelle que soit leur forme, c’est ensuite qu’on leur attribue des noms différents : bracelets, collier ou bagues. Leur différence n’est qu’apparente, car leur base est commune. Ainsi, ce qui apparaît différent est illusoire car, quel que soit le façonnage des bijoux, ils n’en restent pas moins or. L’orfèvre travaille l’or et lui fait prendre toutes sortes de formes mais l’or reste toujours de l’or. Noms et formes ne sont rien, ils ne sont qu’apparence. Pourquoi le diamant est-il appelé diamant, Ce n’est qu’un nom qui sert à mettre cette pierre en valeur pour la distinguer des autres. Le monde du nom et de la forme est irréel, seule la conscience pure est vraie. La statue en or d’un chameau ou celle du Seigneur Vishnou n’est faite que d’or. Dans les deux cas il n’y a que l’or qui existe. L’existence est en toute chose, même dans un objet inanimé comme la chaise. Dans la chaise c’est le bois qui existe. De la même façon, dans le monde noms et formes ne sont que concepts, rien d’autre n’existe que le Soi.


Le « je » est comme Rahou et Kétou, les deux démons qui avalent le soleil. Dans votre véritable nature vous êtes rayonnant comme le soleil mais le « je »(Rahou) vous fait de l’ombre.
Le Soi qui est si lumineux est dissimulé par le « je ».
La lumière ne dit jamais qu’elle éclaire la maison d’un intouchable ou celle d’un Brahmane ! Tout est conscience, il n’est donc même pas nécessaire de dire : « Je suis le Soi ».
La naissance et la mort appartiennent à ce « je ». Il n’y a de mort que pour ce corps subtil plein de désirs et qui se nomme lui-même « je ».
Les cinq éléments et la conscience restent tels qu’ils sont. Quand on dit par exemple : »Waman Rao est mort », cela signifie que seul le nom est mort. Il est apparu, aussi disparaît-il. Il est né, aussi meurt-il. Supprimer de votre mental l’idée que vous êtes un « je » particulier, c’est cela le signe de la connaissance.
La main bouge et vous dites « je bouge », les yeux voient et vous dites « je vois », le nez sent et vous dites « je sens », pourtant tout cela se fait par le pouvoir du Soi, mais vous dites « je fais ».


Le Soi n’a ni son ni couleur, il n’est ni jaune ni noir. Il reste égal à lui-même. On peut le comparer au beurre qui passe de l’ état solide à l’état liquide mais qui reste quand même du beurre. Il en va de même pour l’eau dont la nature ne change pas quand elle se transforme en glace. Une graine est une forme subtile de l’élément terre et quand elle rencontre la terre à nouveau, le pouvoir de la conscience se manifeste. C’est au contact du pouvoir de la conscience que tous les objets se concrétisent, mais ils ne sont fondamentalement rien d’autre que Dieu. Tout ce que vous voyez est vu à travers le filtre de la « conscience altérée », cette lentille déformante vous fais voir différentes formes de bijoux plutôt que leur base commune : l’or.


Arrêtez de penser que seul le positif doit arriver à ce corps particulier auquel vous vous identifiez ! Vous êtes devenu ce corps grossier parce qu’un corps unique, le vôtre, occupe votre pensée. Serviteurs et maîtres doivent êtres considérés comme étant Dieu car rien d’autre n’existe que le Soi. Avec ou sans attributs, il n’y a que Dieu. L’ego, L’individu limité n’existe que parce que nous créons des séparations. Nous percevons des différences entre l’épouse et la fille, le cheval et le chien, mais le Seigneur est en tous. Ne cherchez pas à changer la forme des objets, seule l’attitude de celui qui perçoit doit changer. Qu’il soit dans l’état conditionné ou non conditionné, le Soi est identique à lui-même et vous devriez le voir quel que soit son état. Tout est Krishna, même les atomes qui composent la chaise ! Celui qui adopte cette attitude devient le Soi. Quoi qu’il fasse, dormir, agir ou bien manger, il n’ a en fait jamais dormis ou mangé…Quand tout est le Soi, qui mange et qui dort ? Celui qui est sans attributs et celui qui endosse les attributs sont Dieu tous les deux. Un roi est toujours un roi, qu’il soit assi sur le trône ou parti à la chasse ! Tous les êtres sont habités par la conscience, mais l’individu qui est dans l’ignorance se croit différent de se qui l’entoure, alors que le sage sait que la création entière est le Soi suprême.
Tout homme est Dieu, que tous soient donc heureux ! Pour qui prend cela à cœur et le met en pratique, tout devient le Soi.