jeudi 24 février 2011

L’eveil n’est pas une experience. (José le Roy)

            
       "Pour faire de l’espace, il suffit d’enlever les objets.L’espace n’est pas apporté d’ailleurs."
                                                                                             



L’éveil n’est pas une expérience, une monté d’énergie, ou un sentiment de félicité. Toutes les expériences passent, même les plus agréables ; mais le Soi ne passe pas ; il est notre état naturel. Il est la conscience qui rend toutes les expériences possibles ; il est la trame de notre vie.
L’éveil n’est pas non plus un état parmi d’autres ou l’obtention d’un état nouveau ; le Soi est déjà éveillé. Il s’agit juste d’en prendre conscience. L’éveil ne va pas vous plonger dans une béatitude extatique même si de telles extases peuvent se produire ; le Soi est neutre, au-delà des paires d’opposés, au-delà de la tristesse et de l’excitation, au-delà du désir et de l’aversion : ce n’est pas quelque chose de spécial.
Le Soi est évident par lui-même car il est Être et Conscience ; nous ne pouvons douter que nous sommes et que nous sommes conscients d’être. Nous sommes déjà le Soi mais nous nous limitons à un corps, à des pensées, à une personne. Cessons de nous identifier à ce que nous ne sommes pas et nous verrons clairement que nous n’avons jamais cessé d’être la conscience pure, libre, immuable et universelle.
Ainsi nous sommes déjà le Soi mais nous ne le savons pas et il nous faut en prendre conscience. L’éveil est cette prise de conscience.
Cependant l’éveil n’est pas une expérience qui arrive à un individu, mais la réalisation immédiate que l’individu ne constitue pas notre véritable identité. Jamais l’individu ne s’éveille, mais simplement il cède la place au Soi. L’individu s’imagine qu’il va un jour obtenir l’éveil, mais l’éveil constitue paradoxalement la compréhension vécue que l’individu n’est pas notre identité.
Ainsi aucun individu jamais ne s’éveille.

Au contraire, l’individu disparaît alors du centre de notre vie, et la vraie nature de la conscience se lève soudainement comme un soleil.
Dans l’éveil, il n’y a plus de dualité entre un individu qui voit et un objet vu, mais le monde jaillit au sein d’une vacuité impersonnelle, sans limite et sans forme qui est pure vision.
La vie se déroule non plus à partir de la croyance d’être une personne, mais à partir d’une présence non humaine immobile, hors du temps et de l’espace, immense non-chose englobant toutes choses.

Cet éveil ne doit pas non plus être compris comme un événement psychologique ; il ne s’agit pas de prendre conscience de ses pensées, d’apaiser ses émotions, de purifier son inconscient, de dénouer des complexes ou d’améliorer son caractère. Il faut bien distinguer ici les niveaux psychologiques et spirituel. L’éveil  spirituel ne modifie pas l’ego mais nous en libère en nous révélant que notre vraie nature est au-delà de la psyché humaine.

Notre vraie nature est aussi au-delà des mots, mais « Je Suis » pointe plus qu’aucun autre peut-être vers cette ultime réalité ; non pas « je suis ceci ou cela » mais juste « Je Suis ».


Ramana Maharshi écrit :

« La réalisation n’est pas quelque chose de nouveau à atteindre ; c’est déjà là. Tout ce qui est nécessaire est d’être débarrassé de la pensée : « Je ne suis pas réalisé ». La tranquillité ou la paix est la réalisation. Il n’y a aucun moment où le Soi n’est pas. Tant qu’il y a un doute ou un sentiment de non-réalisation, on doit tenter de se débarrasser soi-même de ces pensées. Elles sont dues à l’identification du Soi et du non-Soi. Quand le non- Soi disparaît, seul le Soi reste. Pour faire de l’espace, il suffit d’enlever les objets. L’espace n’est pas apporté d’ailleurs. »




Liens:
Blog de José le Roy
Site Vision Sans Tête
Richard Lang
1
2
3
4