dimanche 20 mars 2011

Il n’y a jamais que ceci (Tony parsons)

La réalisation, ce n’est pas devenir un îlot séparé, une chose séparée et indépendante qui contemple tout le reste de haut, lui apportant sa bénédiction ou en y déversant de la compassion. L’éveil est vie. C’est une histoire d’amour avec la vie. Cela tient de l’abandon de l’idée que qui que ce soit a une vie et à la réalisation que tout ce qui est est vie. Vous n’avez pas une vie – vous êtes vie, et dans la vie, l’ego, le désir, la haine, l’amour, tous surviennent. Je suis celui en qui cela survient. Et vous de même.
C’est le lâcher de l’idée qu’il y ait quoique ce soit à trouver et le lâcher de ce qui furète partout en quête de « quelque chose ». C’est simplement laisser la vue, l’ouïe, l’odorat être, le toucher, la reconnaissance des sentiments… C’est permettre simplement aux sentiments d’être reconnus, sans aucune idée qu’il faille les changer ; ils sont simplement ce qui est.
Laissez simplement fleurir la vision de ceci – simplement être debout là, ou entendre la voiture qui passe, ou rire… C’est ce qui est. C’est le bien-aimé. C’est l’amour qui parle. Une auto ? Ce n’est pas une auto, c’est le bien-aimé disant : « Je suis l’un ». Tout ce qui se présente est simplement le bien-aimé – tout.

Il s’agit simplement de la perte de l’identité personnelle – qui ne fut, de toute façon, jamais une réalité. Tout tombe et dans un sens le « moi »est tout. Nous sommes des riches essayant de trouver le royaume des cieux. Tout le temps où il y a un « moi » qui chérit des concepts sur lui-même, sur l’importance de la vie et l’importance d’atteindre l’illumination, nous sommes des gens riches.
Et tout cela tombe et il ne reste plus rien outre la vision de ceci ; simplement une claire vision des sensations, de la vie apparemment en marche. Cette claire vision vient de nulle part. C’est comme s’il n’y avait personne là pour voir la vie se dérouler. Sans aucun sentiment que ce qui se passe a besoin d’être changé, pour le meilleur ou pour le pire. Sans aucun jugement, ou une quelconque idée que tout cela va quelque part. Et au-delà de la vision claire réside l’unicité.
Ce que vous cherchez est déjà. Ce que vous cherchez est déjà ceci. En fait, toute votre vie il y eu claire vision. Ce qui recouvre cela est l’identification, comme s’il y avait un « voyant » séparé. Et ce voile aussi est divin.
Il s’agit simplement d’un glissement de la perception de cela à ceci. C’est parfaitement simple, parfaitement direct et disponible. L’illumination est tout à fait disponible. La lumière est tout ce qui est. N’adoptez-pas l’idée que l’éveil ne peut se produire que dans le cas de gens ayant été intensément en recherche durant des années.
Toutes ces idées que vous avez de grimper au sommet d’une montagne et de vous mettre à méditer pendant vingt ans, en renonçant au désir… L’éveil n’a rien à voir avec tout ça. La lumière est tout ce qui est. Il n’est rien qui ait besoin d’être fait, simplement parce qu’il s’agit seulement de la vision de ceci. Qui a besoin de faire quoique ce soit à ce propos ? Il y a toujours ceci. Il n’y a jamais que ceci. Où que vous alliez, il n’est que ceci.

Liens:  1  2  3  4  5  6  7