lundi 21 mars 2011

Un voyage d'ici à ici (Gary Crowley)


"Ce qui est extraordinaire c’est de voir que l’ordinaire est extraordinaire et l’extraordinaire ordinaire."





S’éveiller à l’ « illumination » est un voyage d’ici à ici, et non d’ici à là. Il n’y a nulle part où aller et rien à atteindre. L’illumination consiste simplement à prendre conscience de ce qui a toujours été là. Il y a simplement prise de conscience de notre ignorance. Le voyage devient un cercle, parce qu’il se termine là où il avait commencé, mais à l’arrivée le même monde nous apparaît complètement différent. En conséquence, votre fausse identité disparaît d’elle-même.
La disparition d’un moi illusoire séparé se produit spontanément par la compréhension de ce qui n’avait jamais réellement existé. Le faux moi, bien que n’ayant finalement aucune réalité ultime ne s’en relève pas. Dans son sillage demeure seulement ce que nous sommes, à savoir l’illumination.
Beaucoup de maîtres ont déclaré : « Vous êtes déjà réalisés. » Cela créé une confusion si l’on ne fait pas la distinction en le « moi » et ce que l’on est en tant que conscience. Ceux qui disent « vous » êtes déjà réalisés ne s’adressent pas à un « moi » qui interprète le monde d’une manière personnelle. Ils parlent du « moi » illusoire et de son concept erroné de volonté consciente. En fait, ils parlent de tout sauf de ce petit « moi » illusoire qui empêche de voir « ce qui est ».

Il serait plus exact de dire : « Le ‘je suis’ toujours présent, en tant que ressentir permanent de ‘ceci-ici-maintenant’, est déjà réalisé. » Ce qui fait de l’éveil à l’illumination une simple réorientation vers cela que vous êtes déjà. Le ‘moi’ illusoire, en tant qu’entité douée de volonté consciente, ne peut jamais atteindre l’illumination. Aucun moi séparé ne parvient à obtenir l’illumination. Telle est la plaisanterie cosmique !

Quand le chercheur spirituel finit par comprendre ‘ce qui est’, la formule devient quelque chose comme :

‘Je suis’
Néant (conscience)
Faisant l’expérience de
Deux (dualité, état de séparation)
En tant qu’Unicité (‘ceci-ici-maintenant’)

L’éveil est simplement la compréhension sans ambiguïté de ‘ce qui est’. Ce n’est pas autre chose. C’est voir que la manière dont tout ce monde semble fonctionner est une illusion. Cela ne veut pas dire qu’un organisme physique, un ‘costume terrestre’, devient « parfait ». L’éveil n’entraîne pas la soudaine apparition de pouvoirs psychiques. On ne devient pas brusquement capable de transcender les lois de la physique et d’accomplir des miracles. Il y a simplement une prise de conscience du miracle permanent du ressentir qui survient ici et maintenant.  Le chercheur spirituel aspire à quelque chose d’extraordinaire, mais ce qui est extraordinaire c’est de voir que l’ordinaire est extraordinaire et l’extraordinaire ordinaire.

Tout ce qui est nécessaire pour cet éveil, c’est voir que le ‘moi’ en tant qu’entité indépendante douée de volonté consciente est une illusion. Quand vous avez pleinement conscience de votre néant, la seule chose qui vous reste à être c’est la totalité du ressentir. Ensuite le corps continue à vivre en ce monde en tant que partie du ressentir de ‘ceci-ici-maintenant’. D’où le dicton :
Avant l’éveil, coupe du bois et charrie de l’eau. Après l’éveil, coupe du bois et charrie de l’eau.
Au moment de l’éveil, un sage s’est paraît-il exclamé : « Est-ce donc tout ? » Puis il s’est mis à rire et est allé vaquer à ses occupations.

Chercher l’illumination, c’est chercher les lunettes qui se trouvent perchées sur le dessus de votre crâne. Une fois que l’on a compris la situation, tous les efforts fournis pour retrouver les lunettes semblent ridicules. Comme c’est drôle de découvrir ce qui avait toujours été là !

Et si la seule chose compliquée à propos de l’illumination était de remarquer ce qui avait toujours été là ? Comment ne pas se sentir amusé après toute cette recherche ?

La ‘progression’ du chercheur spirituel commence quand il s’arrête de courir et comprend qu’il lui faut simplement voir le paysage actuel tel qu’il est. Pour s’éveiller, il doit simplement voir que son impression de séparation est une illusion.

L’illumination est toujours ici, maintenant. Elle est ce que nous sommes toujours. L’illumination est simplement la réalisation de ce qui est déjà.