vendredi 2 septembre 2011

"...c'est le monde qui est en vous" (Douglas Harding)




N’êtes-vous pas espace, capacité d’accueil pour recevoir l’autre ?
Pouvez-vous constater que vous n’êtes pas face à face avec autrui mais espace (de votre côté) à visage (de l'autre côté) ?
S’agit-il d’une relation symétrique, basée sur la dualité ou au contraire un accueil à partir de la vacuité source d’unité ?
N’est-il pas évident que vous voyez des couleurs là-bas à partir de l’absence de couleurs de votre côté ?
N’est-il pas évident que vous voyez les formes à partir de l’absence de formes ?
Le temps à partir de l’absence de temps ?
La complexité à partir de la simplicité ?

Et la conscience n’est-elle pas de votre côté seulement ?
Nous pensons que l’univers est peuplé de multiples consciences ; qu’il y a sur terre des milliards de consciences toutes différentes, disjointes et séparées. Mais combien de consciences comptez-vous de votre côté ?
Pouvez-vous trouver de la matière de votre côté ?
Pouvez-vous trouver de la conscience dans la matière là-bas ?
La conscience ne se trouve-t-elle pas du côté de l’ouverture ? (de  votre côté)
Pour le savoir cherchez s’il y a plusieurs visions.
Regardez les yeux là-bas (sur un autre visage) : ce sont de petites boules colorées.
Voyez-vous une vision là-bas de l’autre côté ?
Il y a bien des yeux mais où est la vision ?
N’est-elle pas de votre côté uniquement ?
N’êtes-vous pas la vision, la conscience unique ?
Mais cette conscience est-elle personnelle ?
Porte-elle une étiquette personnelle ?
N’est-elle pas assez vaste pour toutes les créatures vivantes ?
N’est-elle pas universelle ?
Cette conscience n’est-elle pas la conscience de l’Un ?


------------------



Nous pensons que les objets ont une taille fixe. Mais ce n’est pourtant pas ce que nous percevons car la vue nous révèle tout au contraire que les objets possèdent des grandeurs variables.
(…) L’observation de la taille relative des choses nous révèle notre immensité en tant que Première Personne.
(…) En tant que Première Personne, vous contenez tous les objets ; vous êtes l’espace immense. De plus, voir que les objets ont des grandeurs relatives vous montre que le spectacle du monde se donne comme un écran plat.







(Un immense merci  à José le Roy pour l’enseignement qu’il transmet.)
(Le texte de cet article  est tiré du livre : 54 expériences de spiritualité quotidiennes, par José le Roy et Lorène Vergne)