mercredi 27 avril 2011

La Mort (Maître Yoda)




La peur de perdre l’autre mène au coté obscur.
La mort est un élément naturel de la vie, réjouis-toi pour tous ceux autour de toi qui retournent à la Force.
Ni les pleurer ni les regretter tu ne dois.
L’attachement mène à la jalousie, à l’ombre de la convoitise il grandit.
Exerce ta volonté à renoncer à tout ce que tu redoute de perdre un jour.

Lien

mardi 26 avril 2011

"Celui qui m’opprimait a été mis à mort... et je fus délivrée de mon ignorance". (Evangile de Marie)






"...j’ai reconnu
que tout ce qui est composé sera décomposé
sur la terre comme au ciel. "










« Je ne t’ai pas vu descendre,
mais maintenant je te vois monter »,
dit la Convoitise.
« Pourquoi mens-tu, puisque tu fais partie de moi ? »
L’âme répondit :
« Moi, je t’ai vue,
toi, tu ne m’as pas vue.
Tu ne m’as pas reconnue ;
j’étais avec toi comme un vêtement,
et tu ne m’as pas sentie. »
Ayant dit cela,
Elle s’en alla toute joyeuse.
Puis se présenta à elle le troisième climat,
appelé Ignorance ;
celui-ci interrogea l’âme, lui demandant :
« Où vas-tu ?
N’as-tu pas été dominée par un mauvais penchant ?
Oui, tu étais sans discernement, et tu as été asservie. »
L’âme dit alors :
« Pourquoi me juges-tu ? Moi je n’ai pas jugé.
On m’a dominée, moi je n’ai pas dominé ;
On ne m’a pas reconnue,
mais moi, j’ai reconnu
que tout ce qui est composé sera décomposé
sur la terre comme au ciel. »
Libérée de ce troisième climat, l’âme continua de monter.
Elle aperçut le quatrième climat.
Il avait sept manifestations.
La première manifestation est Ténèbres ;
la seconde, Convoitise ;
la troisième, Ignorance ;
la quatrième, Jalousie mortelle ;
la cinquième, Emprise charnelle ;
la sixième, Sagesse ivre ;
la septième, Sagesse rusée.
Telles sont les sept manifestations de la Colère
qui oppriment l’âme de questions :
« D’où viens-tu, homicide ?
Où vas-tu, vagabonde ? »
L’âme répondit :
« Celui qui m’opprimait a été mis à mort ;
celui qui m’encerclait n’est plus ;
ma convoitise alors s’est apaisée,
et je fus délivrée de mon ignorance. »


Liens:  1   2

lundi 25 avril 2011

En essence, tout est Lumière. (Mâ Ananda Moyî)

Tout ce que vous percevez, vous le devez à une lumière. Sans lumière, rien ne peut être vu. Or il n'existe qu'une seule lumière. Qu'il s'agisse d'un homme ou d'un animal ou de n'importe quoi, c'est grâce à cette même lumière qu'il voit. La lumière extérieur prend naissance dans la lumière intérieure - dont même un aveugle est conscient. La lumière du Soi est présente partout et en tout. Que vous adoriez le Christ, Krishna, Kâlî ou Allah, vous adorez en fait la Lumière unique qui est aussi en vous puisqu'elle imprègne chaque chose. Tout tire son origine de la Lumière. En essence, tout est Lumière.

Liens :   1   2

samedi 16 avril 2011

...quel souci peut vous causer le monde ? (Nisargadatta Maharaj)

Quand cette connaissance d'exister devient non-connaissance, elle se fond dans l'Absolu. Cet être devient non-être, il n'est plus tangible, mais cela ne signifie pas qu'on l'a tué ou détruit ! Quand le "je suis" se dissout dans l'infini, ce qui était manifesté, perceptible, devient insensible, intangible. Inversement, dès qu'une trace de "je suis" commence à poindre, tout le cosmos soudain est là et dès qu'il disparaît, tout s'efface, tout s'éteint.
Supposons que vous voyiez en rêve un grand nombre d' insectes, d'animaux, d'humains, en train de souffrir. Le monde du rêve conditionne le rêveur mais lorsqu'il s'éveille est-il désolé d'avoir perdu le rêve ? Les êtres humains, les animaux, les insectes souffrants ont disparu, c'est fini. L'observateur regrette-t-il tout cela ? Ce monde manifesté est comme le rêve que comprend l'homme réveillé. Pour celui qui a compris sa véritable nature, tout ce qui relève du manifesté est un rêve, c'est pour cela qu'il est dans la félicité.
Vous posez des questions concernant un monde qui est, pour vous, réel et je vous réponds d'un niveau où ce monde n'a aucune réalité. Voilà pourquoi mes réponses ne peuvent vous satisfaire.
Si cette conviction "je suis" n'est plus là, quel souci peut vous causer le monde ?

vendredi 15 avril 2011

Ce que je suis



J'étais un trésor caché. J'ai aimé me faire connaître. Pour cela, j'ai créé les créatures,et, par elles, je me suis connu.





Hadîth qudsî (parole transmise par la tradition prophétique, en dehors du Coran).

jeudi 14 avril 2011

Déni de la mort (Eckhart Tolle)





Une culture qui nie la mort, finit par devenir superficielle, préoccupée uniquement par la forme extérieure des choses. Lorsqu'on nie la mort, la vie perd sa profondeur. La possibilité de savoir qui nous sommes par-delà le nom et la forme, soit d'accéder à la dimension du transcendant, disparaît de notre vie, puisque la mort est la porte d'entrée de cette dimension.

mardi 12 avril 2011

La véritable pratique (Shunryu Suzuki)




Quand on n'attend rien, on peut être soi-même. C'est notre voie, vivre pleinement chaque instant. Quand vous vivez complètement chaque instant sans rien attendre, vous n'avez aucune notion du temps. Quand vous êtes prisonnier d'une idée du temps - aujourd'hui, demain, l'année prochaine - votre pratique devient égoïste. Des désirs variés se mettent à vous tirailler en tous sens. En essayant de devenir quelqu'un d'autre, vous perdez votre pratique et votre vertu. Être fidèle à votre place, ou votre travail, c'est réaliser que votre être véritable est là. Sans la moindre notion du temps, votre pratique se poursuit sans cesse. La bonne façon d'étendre votre pratique à votre vie quotidienne consiste à laisser apparaître ce que vous êtes sans essayer d'être un autre. Soyez simplement vous-même, c'est la véritable pratique, votre vraie vie.

dimanche 10 avril 2011

Méditation (Satish Kumar)






Méditer, c'est se contenter d'exister. C'est être présent et attentif à chaque instant de sa vie.




samedi 9 avril 2011

Pouvoir prendre du recul (Alain Galatis)


Pour appréhender ce qui est, il est strictement indifférent que nous fassions ceci ou cela, que nous nous trouvions dans tel ou tel endroit, que nous ayons telle ou telle attitude. Il n'y a aucun travail à accomplir sur nous ; nul besoin d'essayer de devenir quoi que ce soit : plus sage, plus gentil, plus intelligent.

Toute la question réside dans le recul que nous pouvons prendre. Nous avons à nous détacher de nous-mêmes afin de nous observer. C'est cette distance - et elle seule - qui offre une vision large et profonde.


Le tourbillon éternel du présent

mercredi 6 avril 2011

Tout se fait tout seul (Betty)





Il y a juste la Vie qui s'exprime de multiples façons dans le monde de la dualité, le monde des opposés, le monde du début et de la fin, le
monde du rêve. La Vie a le droit de s'exprimer dans la matière, quand Elle le veut et comme Elle le veut. Elle n'a pas besoin de l'avis d'un rêveur, qui a une perception fragmentée de son petit monde. La Vie n'est pas régie par les lois du rêve, Elle est le Mouvement Absolu. Laisser le corps être, voilà la guérison. La Vie peut s'exprimer dans le corps sans toi, sans ton ego.


Lu dans la revue 3e Millénaire 

samedi 2 avril 2011

Le saint et le sage (Nasr Eddin Hodja)

Nasr Eddin, un jour, est amené à faire un bout de chemin avec un derviche errant.
-Je vois, lui dit le Hodja, que tu as trouvé la voie qui va te conduire au paradis.
-Cela ne m’intéresse pas, lui répond l’autre avec mépris. Je suis complètement détaché de tout, de sorte que je ne pense jamais à moi mais seulement aux autres.
-Dans ce cas, tu es un saint…
-Mais toi, reprend le derviche, où en es-tu toi-même ? Que cherches-tu ?
-Moi, répond Nasr Eddin, ma voie est exactement à l’opposé de la tienne, c’est celle du sage : je suis devenu si impartial que je me regarde comme si j’étais un autre, et c’est pourquoi je ne prends soin que de moi-même. Tiens, je crois que nous progresserons l’un et l’autre dans notre recherche si tu me donnes le gros pain qui gonfle ta besace.


Liens:    1     2     3

vendredi 1 avril 2011

Ce que vous attendez est déjà venu (Evangile de Thomas)








Ils lui dirent :
Quel jour, le repos de ceux qui sont morts arrivera-t-il ?
Et quel jour, le monde nouveau viendra-t-il ?
Il leur dit :
Ce que vous attendez est déjà venu,
mais vous, vous ne le connaissez pas.